Potager : Vous avez du surplus ? Stockez le ou Donnez le

Encore un petit article dans un esprit permacultural.

La permaculture, hormis l’aspect production de nourriture englobe bien plus de choses. Elle remet l’humain et les interactions entre personnes au cœur de la vie de tous les jours. Dans notre société « tout travail mérite salaire »… On préfère jeter plutôt que de donner. Dans l’esprit de la permaculture on préfère donner ce que l’on a en surplus plutôt que de le jeter.

Quand on y réfléchi bien, les potager sont systématiquement sur dimensionnés, que ça soit en permaculture ou en culture « conventionnelle ». L’objectif est simple, on cherche à  palier à  un éventuel « coup dur » en cas de mauvaise saison de manière à  pouvoir tout de même se nourrir en grande partie de ses propres production. Ce qui se passe bien souvent c’est que l’on va produire bien plus que ce dont on a besoin.

Que faire dans ce cas ?

1) Stocker :

La première chose à  faire pour répondre à  notre « crainte de manquer » (qui vient beaucoup de la société de consommation dans laquelle on vie), c’est de stocker. On peut faire sécher certains légumes, en congelés d’autres, faire des confitures, des sirops, préparer des plats que l’on va ensuite congelés, etc. Il existe des dizaines de méthodes de stockage pour les production du jardin.

2) Échanger voir donner

A quoi bon stocker plus que ce que l’on va consommer, par exemple vous produisez 30kg de miel par ans, vous en consommez 3 par ans… Même si le miel en soit ne se périme pas, pourquoi stocker 27kg de surplus par ans, ou pire pourquoi le jetter ? On pense souvent à  donner à  la famille ou aux amis, mais ce n’est pas toujours possible car ils ne sont pas toujours géographiquement près de nous.

Donner aux voisins peut être une solution intéressante. Pourquoi ne pas mettre en place un système d’échange dans un quartier ? Pourquoi ne pas donner vos tomates à  un voisin au moment ou vous surproduisez et ou lui en a besoin ? Si vous mettez ce genre de système en place vous serez à  mon avis gagnants sur tous les tableaux :

  • Cela créé des interaction sociales avec des personnes.
  • Un voisin a qui vous aurez fourni quelques tomates pensera a vous lorsqu’il produira trop de fraises (c’est un exemple)
  • Il sera également plus a même de vous filer un coup de main au besoin (grâce au lien établi entre autre).

Bien sur ne donnez pas le récipient avec s’il vous sert pour vos stockages, demandez simplement à  la personne d’amener le sien 🙂

Un exemple d’idée :

Cette année nous redémarrons notre potager du fait que nous soyons en maison, nous avons une petite surface (20m2 pour deux c’est insuffisant). Nous sommes donc plutôt dans l’optique de stocker un maximum de légumes que d’échanger. Pourtant une surproduction de courgette peut arriver rapidement si le pied se plaît. Autant les échanger ou les donner plutôt que de les perdre…

A terme si l’on arrivent à  trouver un bout de terrain suffisant pour produire toute notre alimentation j’ai même pensé à  mettre en place un système d’échange des surplus au sein de l’impasse dans laquelle nous vivons. Cela créera plus d’interactivité entre les gens, plus d’échanges, bref cela rapprocherai les gens.

La principale difficulté quand on veut mettre en place un système de partage communautaire comme celui-ci, c’est d’expliquer aux gens comment cultiver sans produits, en gros de leur montrer que la permaculture ça fonctionne. Bien sur si l’on a un jardin en permaculture on peut le montrer et leur apprendre mais il faut qu’il soit déjà  bien mis en place.

Comme toujours il faut prendre son temps 🙂

Une autre difficulté c’est de se dire « si je le donne pas c’est perdu » plutôt que « j’attends un retour ». Généralement le retour viendra de lui même. Un « profiteur » à  sens unique peut vite gangrainer ce genre de système si l’on donne en attendant un retour systématique. Pour ma part je préfère simplement donner plutôt que de voir de la nourriture se perdre.

Que pensez vous de ce mode de fonctionnement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *