Culture Indoor : L’éclairage

Bonjour à  tous,

Voici le permier article technique de la série. Son but est de vous éclairé sur les différents types de lampes qui existent dans le milieu de la culture indoor. Ainsi vous pourrez choisir le type d’éclairage qui vous correspond le mieux.

I. La température de couleur :

Il existe deux principales couleurs d’éclairage pour la culture des plantes. La lumière dite d’été, qui tire plutôt dans les rouges avec une température de couleur qui tourne autour de 2700K et la lumière dite d’hiver, qui tends plus vers le bleue et qui aura une température de couleur s’approchant des 7000K. Voici leur principales caractéristiques.

a) Floraison :

Les lumières dites d’été sont utilisés pour aider la plante à  mieux fleurir et fructifier, elle vont favoriser le développement d’un feuillage dense et procurer des floraison bien denses.

b) Croissance :

A contrario Les lumières dites d’hivers sont utilisés pour aider la plante à  pousser au niveau racinaire et à  produire de nouvelles tiges.

II. Les types de lampes :

a) Les lampes HPS / MG :

Ces lampes sont utilisés depuis bien longtemps, elles sont de grosses consommatrices d’énergies et chauffes énormément. Leur rendement n’est donc pas super. En effet la quantité de chaleur émise, c’est autant de lumière en moins pour les plantes. Les lampes HPS (sodium) ont un spectre orienté floraison et les lampes MG (Mercures) ont un spectre orienté croissance. Elles ne coutent pas chère à  l’achat mais il faudra bien penser à  avoir un système de ballast qui permettra l’allumage de la lampe.

Surface d’éclairage :
250W -> 0.75m²
400W -> 1m²

Avantages :
– Elles ne coutent pas chère à  l’achat.
– Elles chauffent la box de culture.

Inconvénients :
– Elles ont est qu’elles consommes beaucoup d’énergies.
– Elles chauffent trop, il faut donc des extracteurs d’aire.
– Elles nécessitent un système de ballast

b) Les lampes Fluo-Compact :

Ces lampes ressembles à  d’énormes ampoules basse consommation. Elles ont une longue durée de vie, en effet à  l’heure ou je vous parle le rendement d’une lampe CFL est de 75% après 15 000h d’utilisation. Elles chauffent très peu et intègre un ballast directement dans l’ampoule. Leur spectre lumineux est également calculé pour être consommé à  100% par les plantes. Étant donnée que ces lampes ne chauffent que très peu on peut les approcher beaucoup plus des plantes, ce qui permet d’augmenter sensiblement la lumière absorber par ces dernières.

Surface d’éclairage :
125W -> 0.5m²
250W -> 1m²

Avantages :
– Leur cout raisonnable.
– Leur faible consommation.
– Pas besoin de ballast.
– Faible dégagement de chaleur.
– Longue durée de vie

Inconvénient :
Fragile lors des manipulations (il ne faut pas toucher le verre).

III. Conclusion

Comme vous l’aurez remarqué j’ai une net préférence pour les lampes CFL que les lampes de type HPS ou MG, il faut également préciser que je n’ai toujours utilisé que celles ci pour des raisons évidente de consommation électrique et de durée de vie de mes ampoules. L’autre raison qui m’a poussé à  cet usage était le risque d’incendie plus limité avec les CFL du simple fait qu’elle chauffent moins (il faut dire qu’un tube HPS peut atteindre 200°…). Et enfin la qualité de la lumière émise qui est proche de 100% absorbé par les plantes.

N’hésitez pas à  me laisser vos avis et vos retour d’expériences ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *