Tondeuse : premier test tondeuse Fiskars Stay Sharp Max (vidéo)

Salut à  tous,

N’ayant rien posté la semaine dernière je voulais me faire pardonner en mettant une petite vidéo d’une tonte. Alors malheureusement on ne voient pas super bien car la stabilisation de l’image à  diminué sa taille par rapport à  la vidéo originale… Je ne suis pas encore super doué en matière de montage vidéo ^^.

Je vous en ferai une mieux et plus complète des que j’aurai plus de temps devant moi pour faire un tour globale de la tondeuse. En attendant voila la vidéo de la bête en train de couper la pelouse 🙂 Je tiens à  préciser que la vidéo est à  vitesse normale, c’est juste que je marche assez vite et que c’est filmé près du sol.

Tondeuse : Débalage et montage de la tondeuse hélicoïdale manuelle « Stay Sharp Max » de Fiskars

Salut à  tous,

Après l’article qui détaillait pourquoi j’ai choisi cette tondeuse, voici un article qui concerne le déballage de mon nouveau joujou ainsi que son montage. Je tenterai de mettre une vidéo lors d’une prochaine tonte dans un future article 🙂

Voici tout d’abord la boiboite :

IMG_5463   IMG_5466 IMG_5473On ajoute le bac de ramassage :

IMG_5465Ouverture du paquet :

IMG_5474 IMG_5475On sort le tout et on aligne tout ça tout bien :

IMG_5476 IMG_5477 IMG_5478 IMG_5479 IMG_5480Ensuite on met les visses à  l’intérieur et les écrous à  l’extérieur, l’assemblage m’a semblé tout à  fait logique vu comment sont faites les barres. Et on oublie pas de mettre le petit plastique noir. Il y a une petite clé de 11/13 fourni, sinon si vous avez un cliquer avec une douille de 11 c’est vachement plus rapide 🙂   : IMG_5483
Pensez à  mettre un truc doux sous le plastique… pas comme moi, ça vous évitera de le rayer …

IMG_5484 IMG_5485Voila ce qui arrive quand on retourne le plastique sur un sol en béton sans protection en dessous 🙁

IMG_5490 Voila le tout assemblé :

IMG_5491On met la petite poignée pour régler la hauteur de coupe :

IMG_5487IMG_5486On monte le manche sur la tondeuse, ben oui c’est mieux quand même. Alors pour cela on commence par enlever la petite goupille de chaque côté près des grosses roues :   IMG_5488 IMG_5489Ensuite on met le manche sur le petit ergot qui dépasse et on remet la goupille. Le numéro est la pour régler la hauteur. Sur le manuel ils conseils 3 comme c’est mis la. Etant grand (1.80m) j’ai fini par le mettre sur 4 pour ma part :

IMG_5492 IMG_5493On oublie pas d’enlever la petite protection en plastique :

IMG_5494Voila la bête prête à  tondre :

IMG_5495Maintenant passons au montage du bac de récupération, voila à  quoi il ressemble une fois sortie de sa boiboite :

IMG_5496Le but du jeu est de dé serrer la petite molette en plastique et sortir la visse de son logement pour mettre la barre « libre » dedans et resserrer le tout :

IMG_5497 IMG_5498IMG_5501

On monte le tout sur la tondeuse :

IMG_5500 IMG_5502 IMG_5503Voila la bête prête à  tondre avec son bac optionnel :

IMG_5499

Elle a une bonne tête non ?

Je ferais prochainement une vidéo pour vous montrer l’efficacité de la bête 😀

Tondeuse : Le choix

Bonjours à  tous,

avec le soleil qu’il y a eu ces derniers jours le gazon a commencé à  poussé, je me suis donc pas mal documenté sur les tondeuses.

Acheter une tondeuse :

En effet je me voyait mal utiliser la grosse tondeuse thermique que mes parents m’avaient prêtés lorsque nous habitions en maison et avions 650m² de terrain pour notre mini terrain actuelle qui doit à  tout casser représenter 100m² de pelouse.

Une thermique :

Personnellement plus je peux éviter d’utiliser une tondeuse thermique, bruyante et qui consomme du carburant, demande de l’entretiens (vidange, changement des ficelles de démarrage, du filtre à  aire, etc.) mieux je me porte, mes voisins, et l’environnement aussi.

Une électrique :

Dans un premier temps j’étais donc tenté par une tondeuse électrique. Plutôt silencieuse, demande peu d’entretiens, ne dégage pas de CO2 mais potentiellement et indirectement de l’uranium… donc écologiquement sur le long terme ce n’est pas forcément génial (surtout si tout le monde s’y met…) et il y a un truc très chiant… le fil ! ce satané fil qu’on a toujours peur de couper. C’est donc posé la question de la tondeuse électrique sans fil. Leur capacité de tonte sont très limités, bien que suffisante pour notre petite surface. De plus, les batteries sont loin d’être écolo, ont une durée de vie limité et un cout important. Donc que faire ?

Le choix du type de lame :

Pour compléter le tout je cherchait, si possible une tondeuse à  lame hélicoïdales, aussi connue sous le nom de tondeuse à  rouleaux. Ce lame coupent beaucoup plus nette la pelouse, à  la manière d’une paire de ciseau. De ce fait l’herbe n’est pas arrachée ! Lorsque l’on ajoute ce critère à  des tondeuses motorisés thermique ou électrique le prix explose littéralement. Ce sont celles qui sont également souvent utilisé sur les golfs car en plus de tondre propre elles permettent également d’aller plus vite et éventuellement d’avoir plusieurs rouleaux (sur les tracteurs par exemple).

Les tondeuses hélicoïdales manuelles :

Silencieuses, ne demande aucune source d’énergie si ce n’est la votre, leur fonctionnement est extrêmement simple et ne demande presque aucun entretien. En plus elles sont toutes à  lame hélicoïdales. Que des avantages ! Et bien elles ont aussi un défaut. Si l’herbe pousse trop il devient vite très physique de tondre. Surtout si l’on a de la surface. Leur prix est beaucoup plus bas que les tondeuses motorisés, on tourne entre 40 et 60€ des modèles de bases.

La solution :

La « stay sharp max » fabriqué par Fiskars. Il s’agit d’une tondeuse hélicoïdale manuelle haut de gamme. Sa lame est très largement démultiplié, ce qui permet d’avoir une grande vitesse de rotation même en avançant tranquillement. Elle est plus lourde que se concurrentes (environ 20kg contre 6 à  8 pour les autres) Ce qui lui permet d’avoir beaucoup plus d’inertie. Une fois lancé elle s’arrête donc moins facilement. Elle est doté de 4 roues, ce qui lui permet d’être beaucoup plus maniable également. Sa hauteur de coupe est réglable de 2,5 à  10cm ce qui lui donne donc une amplitude de coupe très large également et permet de rattraper une pelouse qu’on aurai un peu négliger. Sans oublié que sa largeur de coupe est de 45cm contre 38 pour la plupart des modèles manuels, ce qui donne environ 20% d’aller retour en moins ! Sa lame est entrainé par une chaine, ce qui lui donne également une grande solidité et un entretien très limité qui se limite au graissage de la chaine de temps en temps et au réglage de la contre lame qui permet de couper et d’auto affuter la lame tournante. Mais ce réglage ne se fait que rarement. Et enfin un dernier atout, l’éjection de l’herbe coupé se fait par l’avant, ce qui évite d’en avoir plein les chaussures et le pantalon.

Elle présente trois inconvénient, son panier, fourni en option, est relativement chère (entre 25 et 40€ en fonction des magasins) est en plus de ça petit, il faut donc le vider souvent. Le dernier inconvénient est le prix de la tondeuse en elle même, environ 250€ pour une tondeuse manuelle ça fait mal quand on voient les tondeuse thermique et électrique de moindre qualité qui sont en dessous en terme de prix.

Pour info le panier n’est pas utile si vous tondez régulièrement car vous pourrez alors laisser la pelouse coupé sur place, ce qui enrichira votre terre naturellement. Il ne faut pas le faire si l’herbe est trop haute car cela risque de faire des petits tas d’herbe coupé qui étoufferons alors la pelouse. Ce mode de tonte s’appelle le « mulching » sur les lames horizontale et est souvent en option, ce qui représente un cout supplémentaire sur ces tondeuses.

Petite anecdote :

Nous allions partir avec notre tondeuse quand le vendeur m’a dit que c’était un super choix et que l’un de ses ami tondait 3000m² en une heure en faisant son jogging avec ce modèle. Je pense que son ami doit être relativement sportif mais cela nous a conforté dans notre choix.

Pour conclure :

Pour l’avoir testé ce weekend avec de l’herbe mouillé j’ai été relativement surpris de l’effort, ou plutôt du peu d’effort que demande cette tondeuse. En effet ce n’est pas plus fatiguant que de tondre avec une tondeuse électrique non motorisé qu’il faut donc également pousser à  la main. Pour le moment un seul essai ne suffit bien sur pas à  confirmer le choix mais je suis très satisfait de l’engin 🙂

Bricolage : Choix d’une serre polycarbonate pour la maison

Salut a tous, je manquais de place dans la maison pour y stocker toutes mes plantes et en plus mes orangers et mes cactus n’apprécient pas forcément beaucoup la chaleur l’hiver dans la maison…
Donc pour libérer de la place sous mes lampes et dans le salon et peut-être voir mes cactus fleurir l’été prochain, j’ai décidé de monter une petite serre dans le jardin. Voici les choix que j’ai faits pour celle-ci.
Un article sur son montage sera fait lorsque j’aurais totalement fini d’installer la serre.

Pourquoi du polycarbonate et non du verre ?

Le polycarbonate à  un défaut :
– Il jaunit avec le temps (il faut le changer tous les 10 ans environ d’après ce que j’ai lu).

Par contre, il a plusieurs avantages :
– Il est léger.
– Il est isolant (il y a une ou des lames d’air dans les panneaux et l’air est un excellent isolant)
– La serre que j’ai vu était 3 fois moins chère qu’une serre en verre horticole.

Étant locataire et ne comptant pas le rester 10 ans j’ai donc opté pour une serre pas trop chère, mais sans tomber dans du bas de gamme. Et surtout une serre facile à  monter/démonter et qui ne nécessite pas forcément d’énormes fondations (8 parpaings lestés de ciments et 4 tasseaux ont suffit dans mon cas).

L’emplacement :

Mon choix n’a pas été très compliqué :

– Un endroit pas trop en vue depuis la route.
– A peu près abrité du vent.
– Avec possibilité d’avoir une partie de la serre un peu plus ombragée en été.

Je n’avais qu’un seul emplacement comme celui-ci :
Dans le prolongement de mon potager en carré.

Seul défaut, c’est loin de la maison (20 mètres) donc il va falloir trouver une rallonge assez grande pour l’électricité.

Les fondations :

J’ai choisi de faire des fondations en parpaings pour pouvoir facilement les retirer lors de notre prochain déménagement. En effet si j’avais coulé du ciment cela aurait été moins simple à  enlever et le propriétaire n’aurait pas été très content.

Les parpaings seront lestés de ciment.
Le poids de chaque parpaing sera d’environ 25kgs
Ils seront 8 soit 200kgs

Les dimensions :

Elles dépendent principalement de vous et vos besoins.
Pour ma part la serre mesure 2.5m de long sur 1.9m de large et 1.95m de haut (hauteur en haut du toit).

Le chauffage :

De la même manière toutes les plantes n’ont pas besoin d’être maintenues “hors gel” donc il faut adapter en fonction de vos besoins.
A l’heure où j’écris cet article je n’ai pas encore acheté le chauffage, car la serre est montée, mais il me reste à  la fixer au sol et à  mettre les vitres.

Mais mon choix est fait :

Voici mes critères :

– J’ai donc besoin de maintenir mes plantes à  une température positive (3 / 4° mini).
– Pour des raisons économiques et de “confort” pour mes plantes, je préférerais un chauffage qui remonte rapidement la température de la serre.
– Pour des raisons d’équité sur la facture EDF avec mon amie j’ai besoin de connaitre sa consommation.
– Pour des raisons de sécurité il me faut un chauffage qui ne craigne pas l’humidité.
– Pour me rassurer j’aimerais connaitre la température de la serre depuis la maison.

Voici mon choix :

– Un chauffage soufflant de salle de bain avec un mode hors gel.( 30 – 45€)
– Une prise équipée d’un Wattmètre pour indiquer la consommation du chauffage et que je puisse payer moi-même le surplus.(5 – 10€)
– Un petit thermomètre avec une sonde extérieure “radio” pour voir depuis la maison la température de la serre. (15 – 25€)

Le radiateur sera posé sur 2 parpaings qu’il me reste qui permettront à  celui-ci de ne pas être en contact avec le sol en cas de ruissellement suite à  de fortes pluies.

L’isolation :

Faut-il ou non isoler la serre et si oui comment ?

C’est une question qui m’a pas mal travaillé. Après réflexion je me suis dit que dans mon cas ça valait mieux (serre chauffée oblige).

Comment ?

J’ai choisi du silicone, comme cela il me suffira de l’appliquer avant de mettre les plaques de polycarbonates (maintenues par des genre “d’agrafes ressorts” qui viennent appuyer fortement la plaque contre la paroi).
De cette manière le joint empêchera l’air de passer.
Pour des raisons de budget j’ai décidé de ne pas isoler le sol, de plus cela ne m’a pas semblé nécessaire.

A quel prix ?

J’ai déjà  acheté le silicone, pour 5 € le tube, il m’en a fallu 3 donc 15€, je pense que l’économie de chauffage fait que les trois tubes seront rentabilisés avant la fin de l’hiver?

L’électricité :

J’en avais besoin, car ma serre est chauffée, mais je pense aussi mettre une petite lanterne électrique pour y voir clair le soir quand je rentre du travail, pour les arrosages etc.
Il est prévu de retirer l’alimentation électrique en été. Cela évitera tout risque de “tondre” la rallonge.
La rallonge sera tirée au travers de la grille d’aération du garage et branchée dans le garage. De cette manière pas de perte d’isolation pour la maison. Elle sera passée dans une “mini tranchée” faite à  la bêche pour des questions esthétiques.
Pour éviter une perte d’isolation dans la serre elle sera passée dans la serre par en dessous.