Potager : Présentation de la permaculture

Qu’es que la permaculture  ?

La permaculture ne définit pas grand-chose en soit, c’est plutôt un mouvement ou un mode de culture au sens large.

Ce mode de culture a pour but de se rapprocher au maximum de ce que fait mère nature. En gros il faut oublier une bonne partie de ce qui est fait en agriculture conventionnelle. L’idée est de bien préparer la mise en place et de laisser faire la nature, c’est tout, on intervient donc le moins possible. Quand je dis que la permaculture ne définit pas grand-chose c’est parce que tout simplement il existe des centaines de méthodes différentes et qu’il faut utiliser les méthodes qui vous conviennent le mieux, en fonction de vos contraintes, de la taille de votre terrain, de votre objectif, etc.

Il y’a tout de même quelques points qui sont essentielles et qui ressortes de ce mouvement  :

1)           Absence de traitements

En permaculture on ne traite pas, on va créer un ou plusieurs écosystèmes, vous vous souvenez  ? Laisser faire la nature. Si vos éco systèmes sont équilibrés les populations de ravageurs seront limitées naturellement par leurs prédateurs qui viendront s’installer à  côté et se faire une joie de remplacer les traitements chimiques… La permaculture est souvent longue à  mettre en place car il faut le temps que le sol retrouve son équilibre et il faut réussir à  équilibrer tout ça. En revanche une fois que c’est en place… plus besoin de bosser  J

 

2)           Création de nombreux microclimats

On va également joue énormément sur les microclimats, comme je le disais précédemment il existe pleins de méthodes. Pour les micros climats les plus connus sont les spirales de plantes aromatiques et les buttes. La culture sous serre peut également être envisagée. Ces méthodes vont donner un coup de pouce pour que les plantes puissent se développer dans un climat qui leur est un peu plus favorable et vont permettre d’équilibrer naturellement la répartition des plantes.

 

3)           Sélection des graines

Voici une partie très importante, si ce n’est la plus importante  ! Vous l’aurez compris mettre en place un jardin en permaculture ne se fait pas du jour au lendemain, il faut du temps pour que l’équilibre du sol et de la faune qui le compose se mette en place, oui c’est une première chose. Mais une autre chose extrêmement importante à  prendre en compte c’est d’avoir des variétés de plantes adaptés à  son terrain.

Comment faire  ? C’est simple mais c’est long… Il suffit de sélectionner les graines de nos plantes. En gros il faut faire nos propres semis. Donc déjà  on oublie les variétés hybrides qui perdent rapidement leurs propriétés dans le temps. Il vaut mieux prendre des variétés anciennes. Ensuite on va sélectionner les graines pour garder les plantes les mieux adaptés à  notre terrain. Je ferais un article qui rentrera dans le détail de ces différentes étapes.

 

4)           Le paillage

Comme je vous le disais au début, en permaculture on va chercher à  intervenir le moins souvent possible. On va donc chercher à  limiter les arrosages et les travaux du sol. La foret est un exemple à  ne pas négliger, le sol est toujours riche et la terre est légère. En effet le sol n’est jamais à  nus  ! On va donc chercher à  reproduire cela. L’idée est de mettre une bonne épaisseur de paillage pour éviter que l’eau ne tasse et ne rince votre terre. Ainsi les gouttes vont éclater sur le paillage au lieu de frapper directement le sol. Elle pénètrera également beaucoup mieux dans le sol car plus fine. Le paillage va aussi avoir pour effet de limiter l’évaporation et de protéger nos chères petites plantes d’un soleil brulant qui surchaufferai le sol.

 

5)           La préparation puis l’absence d’action

Un gros avantage de la permaculture c’est qu’une fois mise en place le «  permaculteur  » n’a presque plus rien à  faire mis à  part récolter. Pas de taille, ou vraiment très peu (souvent c’est surtout pour le côté pratique au niveau de la récolte ou simplement par habitude), pas de bêchage/binage, très peu d’arrosage voir pas du tout si vous arrivez par sélection de vos graines à  les adapter à  votre terrain. L’ennuie c’est que passer en «  mode permaculture  » est long au début. Il faut bien préparer le sol (généralement avec une fourche), l’alléger, tout organiser et malheureusement … attendre … attendre que la vie du sol reprenne sa place car bien souvent elle a été chassé car trop déranger par les bêchages / binages successifs. Alors bien sûr on n’attend pas les bras croisés … on cultive directement en permaculture mais le temps que tout soit bien efficace et tourne correctement peut être assez long… Le tout c’est de ne JAMAIS mettre de traitements et de prendre son mal en patience… La sélection des graines prends du temps aussi pour qu’une variété s’adapte parfaitement à  votre terrain donc patience  !

6)           planter serrer planter diversifié

En permaculture on plantes à  l’inverse de l’agriculture classique, on ne fait surtout pas de grands rangs de poireaux / carottes / etc… on plante tout ensemble en mettant à  profit le compagnonnage au maximum et en règle générale ça donne quelque chose de plutôt fouillis avec un mélange de plantes sauvages et de plantes potagères. ça limite les plantes indésirables qui n’ont plus de place (pas besoin de désherbé (le paillage participe aussi à  cela). Pour chaque « chose » (plante / arbre / animaux présent ou élevés) on essai de connaitre l’ensemble de ses besoin et apports et de l’utiliser pour qu’il soit profitable à  l’ensemble du système.

Et les mauvaises herbes et envahisseurs ?

Dans un éco système équilibré chaque maillon a son prédateur. Les pucerons / limaces ou autres ravageurs seront mangé par d’autres insectes. La/les premières années ils feront peut être des dégâts si les prédateurs ne sont pas la, il faudra alors trouver un moyen de les attirer, leur faire des abris (les carabes mangent des pucerons et des limaces, les coccinelles sont des ventres sur pattes et quand elles voient des pucerons c’est le carnage assuré. Si vous traitez pour vous débarrasser des pucerons elles n’auront pas suffisamment à  manger et ne s’installeront pas… Par exemple j’aime bien mettre un pied d’absinthe dans un coin du jardin qui a pour effet d’attirer massivement les pucerons noirs au printemps. Ces pucerons sont le péché mignon des coccinelles. Une fois le pied noir de pucerons (complètement recouvert), les coccinelles sortant d’hibernation cherche un lieu pour pondre, généralement la ou il y a à  manger 🙂 et donc … mon pied d’absinthe deviens une pouponnière idéal. Le pied est très résistant donc il ne craint pas cette attaque massive 🙂

Il est aussi possible de mettre des barrières physiques. Pour les limaces des planches de bois avec des cornières en U à  l’envers vissé en haut de la planche suffit à  les bloquer si vous faites le tour de votre potager avec 🙂 Les cendres fonctionnent bien mais sont vite rincés par la pluie, les merles et les carabes font aussi un festin avec. Généralement la population est relativement vite régulée. Jamais anéantie (ce n’est pas ce que l’on cherche puisque les prédateurs partiraient et la population exploserai à  nouveau) mais régulée. Il n’y a donc plus de grosses pertes dans les cultures, juste quelques dégâts par ci par la auxquelles les plantes que vous aurez sélectionnées progressivement se seront habitués et vos récoltes n’en pâtirons pas.

Conclusion :

Si vous voulez avoir de bonnes récoltes en faisant des économies tout en arrêtant de consommer des produits chimiques cancérigènes et sans avoir a passer (à  terme) trop de temps dans votre potager la permaculture est faite pour vous 🙂

Laissons faire la nature 🙂

Voilà  pour cette petite introduction. A savoir que cette année je passe en permaculture en testant pleins de méthodes différentes en même temps donc je vais surement rédiger tout un tas d’articles dessus  J

Pour le moment nous avons préparé des buttes que je détaillerais dans un article ultérieur et installer les fondations de la serre.

Le nombre d’articles diminue un peu en ce moment car j’ai beaucoup de choses à  faire dans la maison, au jardin, et je retape une 205 donc c’est chronophage ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *